Tylestel

Accueil du site > Univers > Mythologie > 7. Pso

7. Pso

Déesse de l’art et de l’amour

mardi 22 septembre 2009, par Bastien Lyonnet


Pso, Déesse de l’art et de l’amour

Symboles : une harpe, la nudité, la myrrhe

Pso est avant tout la déesse de l’amour sous ses formes les plus nobles comme sous ses aspects les plus dégradants. La déesse change énormément d’habits et de stature en fonction de l’émotion qu’elle veut provoquer chez ceux qui l’admirent. Elle peut avoir une coiffure chaste quand elle veut symboliser la pureté céleste. Mais elle peut également se montrer terriblement sensuelle, faisant perdre l’esprit au plus stoïque des mortels.

Pso est une divinité emportée, c’est tout le contraire de Blis. La déesse fonctionne par « coup de coeur ». Il lui arrive souvent de tomber amoureuse d’un mortel avec qui elle peut avoir des enfants puis la semaine suivante elle l’aura oublié totalement. Il s’agit de la divinité protectrice des amours. Elle incarne l’amour le plus pur, idéal. Mais elle intervient aussi au près des jeunes filles ou des veuves qui cherchent un mari. Et c’est en même temps la patronne des prostituées. De plus, la divinité place la beauté par-dessus tout : c’est son objectif et son désir.

Très coléreuse, Pso se considère comme la plus belle et ne permet à personne de remettre ceci en cause. Elle a déjà maudi ceux et celles qui prétendaient pouvoir être plus belle qu’elle ou qui espéraient pouvoir la battre ou dans un concours artistique. Car la déesse est aussi la grande mécène des Arts. Elle crée elle-même de merveilleuses oeuvres d’art qui font la jalousie de tout le panthéon. Un mortel ne peut même pas concevoir la beauté et la perfection de ses oeuvres tant l’harmonie est partout. Complètement détruit par l’émotion qui l’envahirait alors, il perdrait la raison. Elle protège les artistes qui l’appellent, leur apportant l’inspiration permettant de finir leurs oeuvres d’arts.

La déesse des Arts s’est mariée avec Our le dieu de la construction. Elle a finalement succombé à son géni créateur, capable d’oeuvre de grande beauté. Mais la déesse reste volage.

Les temples de Pso sont partout où est l’amour. Donc ils sont partout. Peu importe s’ils sont petits ou grands, peu importe si les disciples n’ont pas d’argent pour construire le plus majestueux des temples. L’important est que le temple de la déesse soit beau, bien construit, bien proportionné et bien décoré. Tout doit être en harmonie mais rien n ’est excessif ou vulgaire. Un petit autel finement sculpté en haut d’une montagne plaira bien plus à la déesse qu’un tas d’or informe. Les prêtre et prêtresse de Pso sont souvent consultés pour attirer l’amour par les jeunes gens. Ils préparent alors offrande à la déesse ainsi que des filtres et fétiches pour trouver l’âme soeur. Mais le clergé organise aussi de grande orgie sexuelle tout à la gloire de la déesse dans son aspect vulgaire de décadence bestiale.

Pso aime être entourée de multiples serviteurs qui l’accompagnent au chant, à la harpe ou qui prennent soin de sa beauté. Pso étant la plus belle des divinités du panthéon, elle a eu de nombreuses aventures. De ses amours avec Irs, le Dieu de la guerre, elle a eu Les Muses. Il s’agit de 9 Nymphes qui propagent les Arts partout où elles vont. Chacune à son domaine de prédilection que se soit le théâtre, la harpe, l’Histoire ou l’astrologie. C’est finalement avec son mari, le dieu Our, qu’elle a eu son fils Eros. Ce petit garçon espiègle causa bien des soucis aux mortels et aux dieux avec ses flèches qui provoquent des coups de foudre.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette