Tylestel

Accueil du site > Univers > Mythologie > 5. Bromos

5. Bromos

Dieu de l’océan et de la Liberté

mardi 22 septembre 2009, par Bastien Lyonnet


Bromos, Dieu de l’océan et de la Liberté.

Symbole : Le trident, une chaîne brisée, le taureau

Bromos est la divinité de tout élément liquide, de la mer et des fleuves. Il donc présent partout et tous ceux qui vivent des ressources de la mer lui rendent de grands hommages. Ces apparition sur terre sont rares, les mortels qui ont pue l’apercevoir on vu un être qui ressemble de beaucoup à Nerven. Un homme mur qui apparaît dans toute sa majesté avec un buste nu et musclé, portant un trident dans la main droite. Cependant son visage est souvent moins serein. Ses soucis transparaissent sur l’expression de son visage et de par sa chevelure en désordre et sa barbe épaisse. Il s’agit d’une divinité très prisée dans tous les villages et les villes côtières. Ses autels sont près des ports et ses statues ont une place de choix sur les navires. Sa colère est redoutée car elle est terrible et soudaine. Comme Nerven qui est maître des cieux, Bromos est maître de l’océan qu’il manipule selon sa volonté. Qu’ils soient pêcheurs, marchands ou militaires, les mortels qui s’aventurent sur la mer savent qu’ils doivent leur salut au bon plaisir de Bromos.

Il s’agit d’une divinité colérique qui eu beaucoup de confrontation avec les autres Dieux. Ces affrontements, parfois verbales, parfois armés ont toujours eu pour sujet des disputes de territoires concernant des îles, des isthmes et des terres. Mauvais perdant, Bromos n’hésite pas d’un coup de trident à faire tarir les sources qui inonde des vallées fertiles, les transformant ainsi en déserts. Mais si la mer peut causer de ravages, elle peut aussi donner la vie. L’eau créatrice est souvent célébrée par les croyants de Bromos qui est aussi considéré comme le Dieu de la fécondité. C’est pour obtenir les faveurs du Dieu qu’une fois l’an les habitants de Ninive font courir jusqu’à la mer des taureaux qui sont ensuite offert en offrande. L’ultime attribut de Bromos est son amour de la liberté. La divinité voue une haine farouche envers les esclavagistes ; elle n’hésitera pas à couler un navire de ces mortels de peu de valeur même si cela implique la mort d’innocents.

Le Dieu de la mer possède des domaines réservés au fin fond des océans, des régions que les piscanthropes évitent minutieusement. Par contre les créatures titanesques nommées les Fangs les recherchent afin de les pervertir. Ainsi les prêtres de Bromos chassent par tous les moyens ces abominations. Les prêtres de Bromos bénissent tous les navires avant leur départ en mer. Sans cette bénédiction, la colère de Bromos peut s’abattre sur l’équipage. Les prêtres s’occupent aussi de la chasse aux esclavagistes. Mais à cause de leur amour de la liberté, ces chasseurs de vendeurs de chair ne se regroupent pas en guilde et n’échangent donc que très peu leurs informations. Ainsi, ils sont tristement peu efficaces. Les temples de Bromos sont rares. Le culte se focalise plutôt autour de lieu saint et de statut gigantesque taillé à même la falaise.

La royauté de Bromos sur les mers a toujours été incontestée. Il a établi sa demeure dans les profondeurs du domaine qui lui est réservé. Our, y a construit pour lui un palais magnifique éclatant d’or et qui durera éternellement. Son domaine est gardé par nombre de monstres marins effrayants. Quand il en sort, c’est sur son char à coursiers rapides doté de sabots d’airains et d’une crinière d’or. Il est alors accompagné des Tritons, les créatures marines qui régissent sont domaines. Il s’agit de piscanthropes que le Dieu de la mer a eu de la mortelle Aethra durant l’Age d’or.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette