Tylestel

Accueil du site > Univers > Mythologie > 4. Irs

4. Irs

Dieu du combat

mardi 22 septembre 2009, par Bastien Lyonnet


Irs, Dieu du combat du courage et de la colère

Symbole : La lance, le phénix, le feu

Irs est la divinité terrifiante qui est prié en tant de guerre où le combat fait rage. L’ivresse du combat, la folie du meurtre, est son oxygène. Quand il apparaît sur terre, le Dieu du combat prend les traits d’un jeune homme barbu pourvu de l’apparat du guerrier. Il emmène toujours avec lui un casque à haut cimier et une lance. Son armure d’airain le met à l’abri des coups alors qu’il parcourt les champs de batailles sur son char aux chevaux rapides. Divinité belliqueuse par essence, il est évident qu’Irs n’est pas très apprécié des autres divinités.

Irs se plait dans les combats, sur les champs de bataille et dans les arènes. Il aime les combats difficiles où les combattants sont obligés d’aller au bout de leurs réserves pour pouvoir vaincre leurs ennemis. Dans une guerre, afin d’obtenir une belle bataille, il est prêt à aider les deux camps. Il s’agit d’une divinité brutale et colérique mais qui sait reconnaître la beauté de l’effort et la force de la volonté. De nature querelleuse, Irs n’hésite pas à chercher le conflit avec les autres divinités, leur proposant des paris insensés qui peuvent déboucher sur un beau combat.

Son grand rêve est de pouvoir de lui-même aller au combat pour montrer sa très grande force. Il a toujours été partisan d’une grande guerre entre le panthéon et les Hécatonchires ; guerre où il pourrait encore une fois joué les premiers rôles en tant que chef militaire. Aussi la divinité guerrière doit être tempéré, assagie et sinon surveillé par les autres dieux. Son principal adversaire au panthéon est Blis, le dieu de la sagesse, qui ne recourt à la violence que de façon réfléchie. Les querelles des deux divinités furent nombreuses et sanglantes. Outre son côté belliqueux, Irs est aussi le dieu de la colère. Que ce soit la sourde colère qui couve pendant des années ou bien la rage brutale qui éclate telle le tonnerre, Irs provoque et appelle les mortels à les exprimer.

Les temples d’Irs sont pour le moins rudimentaires. Ils sont petit, constitué bien souvent d’une seul pièce et ne renferme que la statut du dieu, voir seulement une lance béni. On va honorer Irs avant un combat, c’est pourquoi, un autel lui est consacré dans toutes les arènes, dans les geôles des prisonniers comme sur les gradins. C’est avant les guerres que les processions aux temples d’Irs sont les plus nombreuses. Irs choisi lui-même les lieu où doivent être construit ses plus grands temples. Il envoie alors à l’endroit un bouclier sacrée. Pour éviter les vols et les dégradations, le prêtre d’Irs doit créer douze autres boucliers, des faux, des copies pour tromper les voleurs. Un prêtre, le salien, reste toujours prêt de ces grands temples pour protéger le bouclier sacré. Mais à part le titre de salien, il n’y a aucune hierarchie d’aucune sorte dans le clergé d’Irs. Les prêtres d’Irs sont souvent considérés comme des bourrins sans cervelle. En fait si vous êtes musclé avec un physique impressionnant, il y a de fortes chances qu’un prêtre vous provoque juste pour tester votre force et votre courage. Peu importes s’il doit vous mentir, vous insulter pour cela, l’important est que vous le combattiez et il est prêt à vous donner une excuse. Ces prêtres sont donc des experts en combat de toutes sortes, ils ont une musculature impressionnante et prennent soin de leur corps mais maîtrise aussi la kardi aux effets dévastateurs. Ce sont les personnes toutes indiquées pour apprendre l’art du combat.

Le dieu du combat est toujours suivi sur les champs de batailles par ses deux serviteurs humains Deimos et Phobos, La Crainte et L’Epouvante. Ces deux terrifiants personnages parcours le monde pour tester les mortels les plus courageux, ceux qui méritent l’attention du grand dieu de la guerre.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette